À ceux qui aiment les décolletés échancrés

decollete-echancre

Une jolie jeune femme se déshabille pour se préparer à sortir… mais elle oublie en chemin ce qu’elle était en train de faire, et s’endort nue devant sa coiffeuse !

Pour un homme, assister à la toilette d’une femme, c’est probablement la plus délectable expérience qu’on puisse apprécier dans la vie. Cette série de photographies érotiques se propose de nous faire pénétrer dans un très intime espace que constitue (et plus encore avec la généralisation dans ce nouveau standard immobilier des studios et des duplex) le coin de plus en plus restreint où les femmes ont la possibilité d’installer leur coiffeuse, et d’y disposer leur matériel de maquillage pour s’y faire belle… On est loin maintenant en ces temps millimétrés, le moment où d’actuelles Hérodiade ont le loisir de s’asseoir en face d’elles-mêmes pour rêver doucement à de cruels supplices à l’attention de leurs admirateurs :

J’aime l’horreur d’être vierge et je veux
Vivre parmi l’effroi que me font mes cheveux
Pour, le soir, retirée en ma couche, reptile
Inviolé sentir en la chair inutile
Le froid scintillement de ta pâle clarté
Toi qui te meurs, toi qui brûles de chasteté,

Et cette Hérodiade-là paraît en tout point semblable à son aïeule, dont les poètes se sont entichés. Lorsqu’elle entre dans la pièce principale de son appartement comme on peut l’observer sur les premières photos, le visage de la jeune femme est grave, presque dénué d’expression. Comme toutes les femmes d’aujourd’hui, elle porte un pantalon, mais avec la coquetterie d’y assortir un corsage de tulle noir vraiment transparent, qui fait ressortir la clarté de sa peau blanche. C’est seulement à l’instant où elle enlève son écharpe assortie, que l’on s’aperçoit que le décolleté de son chemisier est d’une profondeur telle, qu’il laisse une entière liberté de mouvement à de si jolis petits seins qu’il aurait été dommage de les y emprisonner !

Puis, la jeune femme retire son pantalon et commence à se maquiller pour se préparer à sortir le temps d’une soirée, sans doute. Ce n’est pas pour ça qu’elle va enlever son charmant corsage transparent : devant la glace, elle s’interroge de l’opportunité de garder sur elle ce léger vêtement qui la vêt autant qu’elle la déshabille, aux regards des fins connaisseurs de la nature féminine… Mais finalement, elle a tant de mal à se décider, avec ou sans, que c’est entièrement nue et les cuisses écartées qu’elle va s’endormir sur le divan situé devant sa coiffeuse :

Pour voir la suite de ces photos de charme, cliquez sur le lien !

Postez votre commentaire ici :